BELAD JEBALA

La terre et ses hommes
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Poterie dans certains douars de tahar souk

Aller en bas 
AuteurMessage
mernissi
JEBIL
JEBIL


Nombre de messages : 373
Localisation : casablanca maroc
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Poterie dans certains douars de tahar souk   Dim 23 Avr 2006 - 7:47

Pendant la saison sèche, l’époque où les potières travaillent l’argile,On constate le jeudi jour de souk à tahar souk , que des femmes des douars AFRAS et AZFA (Voisins) à quelques encablures du village en altitude, descendent de la montagne pour vendre leur production hebdomadaire de poterie. Ces femmes , témoignent de l’art de travailler la céramique presque aussi ancien que la céramique elle-même. Dans leur douar respectif (AFRASet AZFA), elles peuvent vous accueillir comme si vous êtes des leurs et vous donnent toutes les explications necessaires quant à leur gagne pain. Elles aussi ont des bouches à nourrir et la poterie n'est qu'un des chantiers o$ elles passent leur temps.
Une fois par semaine, après la prière du matin, Ces DAMES s’en vont chercher de la « tadouka », l’argile et de petites pierres dont elles ont besoin pour élaborer leurs pièces en terre . L’âne est l’unique moyen transport qui leur permet de se déplacer à travers des paysage abrupts qui des fois vous donne le vertige.
Des fois les points d'eau sont si loin qu'elles mettent plus d'une demie heure pour arriver au puit. Autour du puit, se réunissent toutes les femmes du Douar ( Azfa ou Afras) pour recueillir l’eau nécessaire à la vie quotidienne. Pendant la saison sèche, un gardien, surveille la distribution de l’eau équitablement entre les femmes en tenant compte des besoins spécifiques de chaque famille.

Chez elles, Les enfants aident à préparer la matière première en mélangeant l'eau avec l’argile . Le mélange va se reposer jusqu’à l'obtention d'un pate homogène afin de pouvoir la travailler.
J'ai omis de vous signaler que les femmes ajoute au mélange un produit assouplissant qui rendra la pate malléable aprés s'être pétrifié.
Durant cette saison, la maison, est le refuge principal de la famille. Les épais murs de terre conservent la fraîcheur de la cour centrale où tous se réunissent pour vaquer à leurs occupations. Les femmes se chargent toujours des travaux domestiques. Les enfants à leurs devoirs et les maris au métiers de fabrication des couffins à base du palmier nain ou du Alfa communément appelé "HALFA" .
Ce qui est extraordinaire c'est que de ce décor exotiques sont sortis de valeureux cadres qui contribuent tant soit peu au développement du Maroc.
Ces femmes sont aussi de très bonnes ménagères. Elles excellent en cuisine aussi.
Les potières de tahar souk n’utilisent pas de tour ; à la place, elles modèlent les pièces sur 2 plateaux de céramiques superposés, en faisant tourner la plaque supérieure avec les mains.
L'âge importe peu, bien qu’elles semblent âgées, d'aucunes travaillent la terre depuis plus de 30 ans. certaines sont veuves depuis longtemps, elles doivent entretenir leur famille grâce à la vente de ses céramiques. Elles peuvent modeler de 8 à 10 pièces par jour chacune selon leur taille.
Elles travaillent sur plusieurs pièces à la fois pour laisser l’argile prendre, car c’est une matière très fragile ; les petites pièces en revanche elles les modèlent en une seule fois. Elles utilisent peu d’outils, quelques morceaux de bois, ou un bout de chambre à air qu’elles mouillent à tous les coups pour façonner sans abîmer l’argile. Certaines pièces seront recyclées aux douars même surtout pour rafraichir l'eau en l'absence du réfrégérateur car la céramique "transpire" et garde l'eau fraiche.
Après quelques heures au soleil, l’argile durcit et les pièces peuvent ainsi être polies à l’aide d’un galet de façon à laisser la surface bien lisse et prête à recevoir la décoration si necessaire.

les saisons froids paralysent les potières mais elles vaquent aux travaux agricoles. Quand la saison froide est passée, les femmes remettent la maison en état. Elles appliquent sur les murs un revêtement pour réparer les dégats causés par la pluie : il consiste en un mélange de terre et de bouse de vache, à la main, le sol de la cour est recouvert d’une couche de ce mélange qui résistera jusqu’à l’année suivante. Les parois de la maison font l’objet d’un soin particulier : une fois recouverte de chaux, les femmes emploient une couleur sombre pour en définir les contours. Sur la chaux blanche, elles déploient une fois de plus leur créativité en ornant comme sur les céramiques, la surface de dessins colorés. Le printemps est arrivé et les fleurs ont éclos sur la maison De ces bonnes femmes de pure race jebli.
Le jour précédant la cuisson est consacré à la décoration des pièces. Dans cettes besogne les jeunes filles aident leur maman . Elles se chargent des petites pièces qu'elles recouvrent d’un enduit blanc, «biada »,
elles décorent à l’aide d’un pinceau fait de poils de chèvre unis par un morceau d’argile et d'une teinture qu’elles extraient de pierres achetées au souk. Le ton marron-rougeatre, qu’on obtient d’une terre aux alentours du village. Quand on la questionne sur la signification de cette décoration,
Chaque famille participe à la préparation du «Koucha», le grand four en plein air. Il se situe dans une cavité dans le sol, à côté de la maison. Auparavant les pièces ont été exposés au soleil pour se réchauffer afin que le changement de température ne soit pas brutal. Par expérience, les femmes ont appris à disposer les pièces au bon endroit pour qu’elles restent stables. Les galettes de bouses leur servent à couvrir complètement le foyer afin d’atteindre une température très élevée, elles évitent ainsi l'étancheité parfaite et permetent au combustible de se consumer sans flamme et très lentement .Les femmes surveillent la cuisson en bouchant toutes les possibles prises d’air.
Le feu de la koucha qui s’est consumé tout au long de la nuit, marque la fin du travail hebdomadaire de ces femmes. Le travai des pièces est terminés : il y en a de toute sorte. Il leur reste à charger le résultat de leur labeur sur les dos des ânes pour l'emmener à la vente le jeudi jour de souk à tahar souk.
De nos jours la poterie ancienne à tendance à disparaitre vaincue par le plastic et surtout par un manque de besoin car les deux douars ont bénéficié du flux migratoir vers l'éldorado européen. Il ne reste que quelques spécimens de femmes.
Mernissi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophos
JEBIL
JEBIL
avatar

Nombre de messages : 1515
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: Poterie dans certains douars de tahar souk   Lun 24 Avr 2006 - 5:30

M. Mernissi,
Vous dites que les potières de Tahar Souk usent, pour fabriquer leurs poteries, d’un « tour de potier » rudimentaire qui consiste en un plateau de céramique qu’elles font tourner manuellement sur un autre de la même matière. Comment arrivent-elles à imprimer au plateau ce mouvement de rotation ?

_________________
"Il faut démolir l'édifice de ton orgueil. Travail effrayant" (Ludwig Wittgenstein, Remarques mêlées)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jebala.forumculture.net
mernissi
JEBIL
JEBIL


Nombre de messages : 373
Localisation : casablanca maroc
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: àpropos de la poterie dans certains douar de Tahar souk   Lun 24 Avr 2006 - 9:54

Mr Sophos,
J'ai omis de mentionner à la fin du texte sur la poterie qu'il a été adapté d'un texte original sur la poterie dans le Rif et je m'en excuse. Dans les deux douars dont j'ai fait référence, il ya toujours de vieilles femmes qui subiviennent à leurs besoins par la production et la vente d'articles en terre cuite . Je me suis laissé allé à croire que dans le Rif il doit y avoir un seul procédé de fabrication , c'est celui décrit dans le texte original. Je ne saurai vous le décrire correctement mais je ne manquerai pas de me renseigner afin de le mettre au clair.
Pour information, je suis tombé sur le texte en lançant une recherche sur google à propos du Douar ain hofra.
Mernissi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophos
JEBIL
JEBIL
avatar

Nombre de messages : 1515
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Re: àpropos de la poterie dans certains douar de Tahar souk   Lun 24 Avr 2006 - 19:49

mernissi a écrit:
Mr Sophos,
J'ai omis de mentionner à la fin du texte sur la poterie qu'il a été adapté d'un texte original sur la poterie dans le Rif et je m'en excuse. Pour information, je suis tombé sur le texte en lançant une recherche sur google à propos du Douar ain hofra.
Mernissi

Voici la référence du texte dont vous parlez:
Julio Soriano Alfaro, Les dernières potières du Rif [d’après le reportage réalisé en 2002 par l'auteur, professeur à l’Université de Valencia] [en ligne], sur : tawiza.net, disponible à l’adresse URL suivante : http://tawiza.ifrance.com/Tawiza89/89.htm.

_________________
"Il faut démolir l'édifice de ton orgueil. Travail effrayant" (Ludwig Wittgenstein, Remarques mêlées)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jebala.forumculture.net
mernissi
JEBIL
JEBIL


Nombre de messages : 373
Localisation : casablanca maroc
Date d'inscription : 05/04/2006

MessageSujet: Re: àpropos de la poterie dans certains douar de Tahar souk   Mar 25 Avr 2006 - 1:36

sophos a écrit:
mernissi a écrit:
Mr Sophos,
J'ai omis de mentionner à la fin du texte sur la poterie qu'il a été adapté d'un texte original sur la poterie dans le Rif et je m'en excuse. Pour information, je suis tombé sur le texte en lançant une recherche sur google à propos du Douar ain hofra.
Mernissi

Voici la référence du texte dont vous parlez:
Julio Soriano Alfaro, Les dernières potières du Rif [d’après le reportage réalisé en 2002 par l'auteur, professeur à l’Université de Valencia] [en ligne], sur : tawiza.net, disponible à l’adresse URL suivante : http://tawiza.ifrance.com/Tawiza89/89.htm.
C'est exact et merci -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mediterraneus
JE
JE
avatar

Nombre de messages : 132
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: àpropos de la poterie dans certains douar de Tahar souk   Mer 26 Avr 2006 - 13:09

AH ce duo Sophos-Mernissi et dangereux Wink
en fait ca fait mal au coeur entendre que les potières sont au point de disparaitre, mais bref je sais pas quelle serai la solution pour conserver cet art!!! peut être un musée ou bien mieux une ecole pour transmettre cet art au jeunes( un peu comme en europe).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poterie dans certains douars de tahar souk   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poterie dans certains douars de tahar souk
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière à la Vierge marie et les statues dans les églises.
» La charia est imposée de force dans certains quartiers de Londres !
» taux de promotions 2015, 2016 et 2017 dans l'EN
» Le ton employé dans certains messages est trop agressif
» Ai-je droit de faire du droit dans certains endroits ? etc..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BELAD JEBALA :: LE PEUPLE JEBALA :: PATRIMOINE CULTUREL :: ARTISANAT-
Sauter vers: